Lisbonne, un parc d’attraction pour touristes

La capitale portugaise a changé de visage ces dernières années : les grues reconstruisent les bâtiments et les rues, et les voyageurs s’y amassent. Pour le meilleur ? Pas sûr, quand la ville ressemble parfois à un parc d’attraction.

En effet, avec tous ces bouleversements que nous avons vécus en première ligne, nous nous demandons désormais si la limite de l’acceptable n’a pas été atteinte et dans quelle mesure la Lisbonne que l’on aimait au début existe encore.

Lisbonne l’authentique … vraiment ?

Très souvent, les touristes de passage ici sont subjugués par cette ville restée comme avant, typique, traditionnelle et authentique. Les mêmes adjectifs reviennent mais pourtant le temps passe, et la ville change.

Au départ, nous avons certainement utilisés les mêmes mots pour décrire Lisbonne. C’est tout à fait normal, cette ville possède une atmosphère particulière que tant d’autres grandes villes ont perdue. On est immédiatement séduit par les Azulejos qui recouvrent les murs, par les ruelles tortueuses de L’Alfama ou par le Tage qui longe la ville jusqu’à l’océan. Oui mais…

Le bon sens envolé

Une chose est sure, l’appât du gain a fait perdre la notion de bon sens aux investisseurs (portugais ou pas) qui en vertu du profit sont en train de rendre cette ville tout autre qu’authentique.

Car les petits vieux ne viennent plus prendre leur café aux terrasses du centre-ville, les prix montent et la vue sur les tuks-tuks en bordure de trottoir ne les attirent pas plus que ça. On les comprend. De même que vous ne verrez plus les mamies arpenter les rues de leurs quartiers, car leur quotidien a été totalement modifié par le bruit des groupes, ou par les rachats des épiceries dans lesquelles elles venaient s’approvisionner. Les travaux omniprésents, pour rénover des bâtiments qui deviendront des logements pour touristes font fuir les portugais de souches. Inabordables pour eux, les natifs du pays ont un mal fous à se loger dans leurs quartiers de cœur. Et l’État semble laisser la ville se dépeupler de ses habitants pour laisser place à une manne financière qui ne sera certainement pas éternelle.

Parlez-en aux portugais que vous croiserez ici, aux taxis qui en font un sujet de discussion de prédilection (avec le foot… !) ou aux expatriés. Tout le monde voit la ville se transformer, et les lisboètes regardent amèrement son charme se diluer, à chaque fois qu’un bar ou une librairie historique doit fermer ses portes pour qu’un hôtel ouvre à la place.

Une association à d'ailleurs vue le jour récemment, afin de sensibiliser les visiteurs aux dérives actuelles : Lisboa does not Love

Ne pas perdre de vue l’essentiel

Bien conscient que le monde doit avancer et évoluer, pas forcément de la façon dont on le voudrait, il ne faut toutefois pas perdre de vue que Lisbonne à une aura enchanteresse car jusqu’à aujourd’hui, elle avait su se préserver de tous ces changements.

Et qu’adviendra-t- il de cette ville lorsque tout ce qui la rend typique se sera estompé ? Au mieux elle s’adaptera à cette nouvelle image et ses habitants avec, au pire elle se figera et deviendra une ville-décor comme Venise par exemple. Une carcasse vide sans âme, sublime mais morte.

Ce processus de changement d’une ville n’est pas nouveau et certains ont surement assisté à cela ailleurs. Mais peut-être est-ce le fait de le vivre en direct, peut-être est-ce due à une naïveté trop grande, ou alors c’est la Saudade qui parle, toujours est-il que nous espérons de tout cœur que Lisbonne ne deviennent pas un parc d’attraction pour touristes. Car comme dans Westworld, les habitants/ hôtes pourraient bien se soulever un jour...