Le Fado, le chant de la saudade portugaise

Un des symboles portugais les plus fameux, un chant profond et mélancolique accompagné par des guitares classiques et portugaises, le Fado laisse rarement insensible ses auditeurs. Originaire de Lisbonne, ce style de chant portugais renferme une longue histoire et porte en lui les sentiments de ce merveilleux peuple.

Fado, la musique des rues de Lisbonne

L’histoire populaire voudrait que le Fado soit né dans les rues de la Mouraria, alors occupées par les Maures. L’étymologie du mot pourrait venir de latin Fatum, le destin, ou du mot français fatiste (en ancien français) qui désigna les poètes.

Mais plus officiellement, c’est en 1840 que le Fado se fait connaitre dans les rues de Lisbonne. Il est alors chanté par les marins sur la proue de leur navire. Ce Fado des Marins se diffuse, d’autres genres de Fado apparaissent, et ainsi il se popularise. Les chanteurs et chanteuses de Fado adoptent un style vestimentaire qui leur est propre et qui dictera les codes de cet art pour les années suivantes.

Ce chant exprime généralement la tristesse du peuple portugais, les difficultés de la vie, mais aussi l’espoir. Il marque profondément les mœurs portugaises et on retrouve ce mélange entre espoir et mélancolie chez les habitants du pays, encore aujourd’hui.

Amalia Rodrigues et l’âge d’Or du Fado

Dès le début du 20 e siècle, la télé, les radios et le théâtre permettent une diffusion à grande échelle du Fado et le chanteur de Fado devient un artiste reconnu.

Les premières "Maisons du Fado" apparaissent dans tous les quartiers populaires de Lisbonne, les artistes du Fado viennent s’y produire, et le Fado du peuple se voit accepter également par les aristocrates.

A la moitié du siècle, le Fado s’exporte, sous l’impulsion notamment de celle qui sera surnommée la Reine du Fado, la chanteuse Amalia Rodrigues. Elle développera l’aura du Fado en reprenant et en chantant les textes de grands poètes portugais comme Luis de Camoes. Par la suite, de nombreux fadistes l’imitèrent et permirent au Fado de perdurer jusqu’à nos jours, d’évoluer et de s’adapter à l’époque.

Le fado d’aujourd’hui, reconnaissance et renouveau

Si aujourd’hui le Fado traditionnel est destiné majoritairement aux touristes, qui assistent à des concerts dans les différentes Casas do Fado ou dans les bars dédiés, certains artistes ont modernisé le genre pour coller à l’époque. On pense notamment au succès d’Ana Moura avec son titre Desfado :

https://www.youtube.com/watch?v=GKCJgDCA5Bo

 

Le Fado fut inscrit en 2011 au Patrimoine culturel de l’Humanité de L’Unesco, et reste encore très présent à Lisbonne. Vous l’entendrez certainement en parcourant les rues de l’Alfama, en provenance d’une boutique ou de la fenêtre d’une petite habitation, ou par hasard dans un café ou une taverne…

Laissez-vous donc bercer par ce magnifique chant portugais.